La démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur conduit de plus en plus de jeunes à choisir cette voie, sans toujours être préparés aux exigences de ce type de cursus. Par ailleurs, l’afflux de candidats entraîne une sélection croissante à l’entrée des différentes filières. La nouvelle procédure pour une première inscription dans les établissements publics inquiète les étudiants en puissance ainsi que leurs parents. Ces divers facteurs contribuent à une explosion de l’offre de « coaching étudiant ». Mais, que recouvre cette expression ? À qui s’adresse cet accompagnement ? Quelles sont les prestations proposées ?

 

Si l’on se réfère au dictionnaire, le nom « étudiant(e) » désigne « celui ou celle qui fait des études dans un établissement d’enseignement supérieur ». Pourtant, il suffit de quelques clics pour constater la généralisation de l’amalgame entre coaching étudiant et, coaching scolaire d’une part, coaching de jeunes d’autre part. Or, le Métier d’étudiant[i]exige des compétences spécifiques qui dépassent celles d’un collégien ou d’un lycéen, de plus le discours sur la formation tout au long de la vie incite nombre d’adultes à engager ou à reprendre des études supérieures. Proposer les mêmes services aux uns et aux autres manque de pertinence !

 

Les prestations vendues en tant que coaching étudiant se répartissent en trois catégories : le coaching en orientation scolaire et professionnelle, à grand renfort de tests ; le suivi pédagogique, assuré le plus souvent par des enseignants ou des étudiants de troisième cycle universitaire (inscrits en master ou en doctorat) ; le domaine de la confiance en soi et la gestion du stress où se bousculent des intervenants de toutes sortes, aux qualifications parfois douteuses. Si un peu de bon sens permet d’écarter les charlatans, faire appel à un « prof » ou à un étudiant plus diplômé paraît souvent une bonne idée. Là encore, la vigilance s’impose ; avoir l’expérience du travail universitaire ne suffit pas, encore faut-il avoir suffisamment de recul par rapport à son propre vécu pour être capable d’écouter le coaché, de comprendre sa situation personnelle et de l’accompagner dans la résolution de son problème.

 

Ainsi, le coaching étudiant nécessite certes une connaissance des normes universitaires, mais aussi des facultés d’écoute, d’analyse et le discernement nécessaires à un suivi personnalisé qui ne se limite pas à un coaching pédagogique. Cette pratique doit reposer sur une approche globale qui prend en compte les différentes facettes identitaires de l’individu comme son environnement. Un coaching peut être envisagé à n’importe quel moment du parcours, de l’entrée dans l’enseignement supérieur à l’examen final qui sanctionne le cursus. Les finalités en sont multiples, elles dépendent des difficultés rencontrées par chacun, par exemple :

 

  • l’adaptation à la vie et/ou au travail universitaire ;
  • l’organisation, la planification ;
  • l’élaboration d’un projet professionnel ;
  • la recherche d’un stage ;
  • la gestion du stress relatif aux examens ;
  • la réalisation d’un rapport de stage ou d’un mémoire ;
  • la reprise d’études ;
  • le transfert des acquis universitaires vers l’activité professionnelle, etc.

 

Le coach n’est pas un spécialiste d’un domaine ou d’une matière donnée, il ne va pas apporter de solution toute faite, mais amener le sujet à développer sa réflexivité, à réfléchir sur soi-même, sur sa façon de penser, d’agir dans une situation donnée. En s’appuyant sur ses propres ressources, le coaché trouve et teste des solutions, il acquiert progressivement l’autonomie qui lui permettra de s’émanciper de la présence du coach.

Le processus engagé dans le cadre d’un coaching professionnel permet à l’étudiant de « grandir » en se découvrant lui-même, en analysant ses comportements et les résultats obtenus, et en s’appuyant sur ses points forts pour progresser et être capable de parvenir à son objectif.

 

[i]Coulon, A. (2005). Le Métier d’étudiant : l’entrée dans la vie universitaire(éd. 2). Paris: Presses Universitaires de France.

 

Pour en savoir plus : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.