Back to Top

Actualités

LE CPF DE TRANSITION PROFESSIONNELLE

 

alain varnier vignette

Parmi les nombreuses dispositions de la loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » l’une d’elle porte sur l’évolution du CIF (le congé individuel de formation).  

Depuis le 1 er janvier 2019 il est remplacé par le CPF de transition professionnelle. Ce nouveau dispositif permet au titulaire du compte personnel de formation (CPF) de changer de métier ou de profession dans le cadre d’un projet de reconversion ou de transition professionnelle. 

Les modalités viennent d’en être fixées par décret.

Dans le cadre d’un projet de transition professionnelle, le salarié peut utiliser en priorité ses droits inscrits sur son CPF pour une action de formation certifiante.

Pour bénéficier de ce type de congé, le salarié doit justifier d'une ancienneté minimale ainsi définie :

  • soit au moins 24 mois, consécutifs ou non, dont 12 mois dans l'entreprise, quelle qu'ait été la nature des contrats de travail successifs ;
  • soit au moins 24 mois, consécutifs ou non, quelle qu'ait été la nature des contrats successifs, au cours des 5 dernières années dont 4 mois, consécutifs ou non, en contrat de travail à durée déterminée au cours des 12 derniers mois.

Le salarié doit faire sa demande de congé par écrit, dans un délai de :

  • 120 jours avant le début de l'action de formation lorsque la réalisation de celle-ci entraîne une interruption continue de travail d'au moins 6 mois ;
  • 60 jours avant le début de l'action lorsque la réalisation de celle-ci entraîne une interruption continue de travail d'une durée inférieure à 6 mois ou lorsque l'action de formation est réalisée à temps partiel.

Sa demande doit préciser :

  • la date du début de la formation ;
  • la désignation et la durée de la formation ;
  • le nom de l'organisme qui en est responsable ;
  • l'intitulé et la date de l'examen concerné.

Lire la suite : LE CPF DE TRANSITION PROFESSIONNELLE

OBLIGATIONS DES ORGANISATIONS EN MATIERE DE REPRESENTATION DU PERSONNEL

alain varnier vignette

 

Quelque soit votre situation actuelle en matière de représentation du personnel, si votre organisme compte au moins 11 salariés, une ordonnance de septembre 2017 vous imposela mise en place du Comité Social et Economique

Les textes donnent le 31 décembre 2019 comme date butoir.

C’est un changement important dans les relations sociales l’objectif étant principalement de simplifier l’organisation des institutions en regroupant les délégués du personnel, le comité d’entreprise et le CHSCT et en simplifiant également le fonctionnement par la négociation. 

De ce fait la mise en place nécessite une technicité plus grande. 

Nous pouvons vous accompagner à la fois dans la mise en place du CSE lors du process électoral et aussi par une formation appropriée à sa gestion relative à son fonctionnement et ses attributions. 

Nous rappelons que GSA est référencé par la DIRECCTE dans le cadre du dispositif « appui conseil RH » qui permet aux entreprises de moins de 300 salariés d’obtenir une aide financière pour ce genre de mission. 

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Des « chevaux sous le chapeau » ?

Anne Charlotte vignette

Marion Housseaux Photographie

 

Se relever la nuit pour écrire une idée avant qu’elle ne se perde parmi tant d’autres…

Établir des arborescences sans fin pour chaque situation, redouter l’ennui, avoir une imagination débordante, détecter les moindres signaux émis par l’environnement et les personnes qui nous entourent, jusqu’à nous épuiser parfois…

Certaines personnes se reconnaîtront probablement dans ces quelques traits de fonctionnement et sous l’abréviation « HP » pour Haut Potentiel. Si tel est le cas, c’est qu’elles ont également sans doute franchi le pas du test de QI auprès d’un psychologue agréé. D’autres s’ignorent et leur vie au quotidien n’est pas toujours simple, sans qu’ils comprennent l’origine de ce sentiment sourd de mal-être et de décalage qu’ils ressentent parfois.

 

Comment faire avec cette hypersensibilité, ce foisonnement d’idées, ce jaillissement d’énergie et avec cet engouement pour des systèmes de pensées complexes inspirant plus souvent la méfiance et l’incompréhension de leurs collaborateurs - qui ont le sentiment d’être écrasés sous des tâches multiples - que l’enthousiasme espéré ? 

 

Comment se faire une place « à la hauteur » de ses potentiels dans une entreprise là où son supérieur hiérarchique pourrait sentir une menace et une possible mise en cause de l’ordre établi ?

 

Comment ne pas se laisser manipuler par les autres dont la méconnaissance encore fréquente du fonctionnement des personnalités HP les conduit à penser que ces derniers doivent forcément exceller dans tous les domaines de leur vie ?

Lire la suite : Des « chevaux sous le chapeau » ?

HPI : fini l’introspection, passez à l’action !

 

Vous avez – dans cet ordre ou pas - lu des tas d’ouvrages, consulté des « psy » à n’en plus finir, et finalement passé LE test : c’est acté, vous êtes un « Haut Potentiel Intellectuel » (HPI pour les initiés).

Dans un premier temps, c’est plutôt une bonne nouvelle ; vous n’êtes pas anormal, juste a‑normal comme l’écrivent de certains auteurs, hors-norme en somme. Vous fonctionnez de façon différente de la majorité de la population, avez des aptitudes « supérieures » dans certains domaines et vos incompétences flagrantes dans d’autres – souvent liés au quotidien ou au relationnel – s’expliquent maintenant de manière évidente ! Alors, vous avez poursuivi vos séances chez le psychiatre ou le psychologue, disséqué et analysé de plus belle vos moindres comportements, échangé avec vos pairs sur les réseaux sociaux, etc. À l’enthousiasme des premiers instants - « je comprends enfin qui je suis » - se substitue progressivement le découragement… Connaître les origines de ses « problèmes », de ses ressentis n’apporte pas de solution immédiate.

La multiplication des publications et émissions concernant les HPI contribue à leur catégorisation. D’aucuns se réfugient alors derrière cette étiquette et imputent le moindre déboire personnel à leur « particularité ». Mais se complaire dans sa différence, plaider l’inadaptation chronique à la société actuelle et cultiver l’entre-soi ne sont pas des voies d’amélioration. L’autre possibilité est de vous demander comment vivre mieux avec vous-même et avec les autres au regard de ces nouvelles données sur votre personnalité. « Facile à dire ! » rétorqueront certains. Certes cela demande de la volonté, mais vos ressources sont immenses ; avoir un haut potentiel ne sert à rien si ce potentiel n’est pas exploité, alors questionnez-vous sur ce qui donne du sens à votre vie, examinez vos envies, vos projets, etc., sélectionnez vos préférences, vos priorités, fixez-vous des objectifs et passez à l’action.

Et si vous n’y arrivez pas seul, pensez au coaching ! 😉

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Page 2 sur 6